11
Oct
09

Deuxième semaine de la première commission : quels enjeux ?

Si je voulais prendre l’image d’un bateau à voile, je dirais que notre objectif est de remonter le plus « au vent », qui serait le dépôt mercredi d’une résolution demandant l’ouverture des négociations pour 2010 pour un TCA qui prenne en compte les droits humains, le droit international et le développement économique et social, la règle d’or que vous connaissez maintenant.

Face à cela il y a un certain nombre de risques que ce bateau encoure :

D’abord un mauvais coup de vent qui renverse le bateau, ce pourrait être, par exemple, la demande des USA de voir le processus du TCA lié au consensus. Du coup le moindre État peut opposer un veto, un ministre ou un président qui se lève de mauvais poil, et cela en est fini du processus. La majorité des États qui soutiennent le TCA quittent le navire avant qu’il ne touche le fond. Le temps de retrouver un autre bateau, des voiles et de former un nouvel équipage, on continue, pendant quelques années encore, les graves violations du droit international pour des dizaines de millions de personnes.

Il y a aussi le vent qui tombe, une résolution qui fait trop de concession aux sceptiques, comme la Russie, le Pakistan, la Chine, L’Inde, l’Egypte …  Les États-soutiens, ceux qui ont investi ce processus et qui en attendent beaucoup, s’en désintéressent et arrêtent de souffler. Bateau en panne au milieu de l’océan, plus beaucoup à manger et à boire et quelques romantiques attendent le vent comme le Zangra de Jacques Brel attendait l’ennemi. Et les populations, pendant quelques années encore …

Mais il y a quelques espoirs de voir les Britanniques, dans un sursaut de conscience, écouter la majorité des États. Alors ces hommes de la mer pourraient remettre les parkas, envoyer le génois et remontent au vent, parce que ce ventè-là est plus fort que tout. C’est le vent de l’histoire qui voit, notamment, le premier président noir des USA recevoir le prix Nobel, non pas pour une action passée, mais comme une promesse de respecter les obligations existantes des États devant la déclaration universelle des droits de l’homme.

Pour cette semaine, je ferais bien le pari de l’intelligence, histoire de surprendre un peu les imbéciles !

Benoît MURACCIOLE


0 Responses to “Deuxième semaine de la première commission : quels enjeux ?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :