09
Oct
09

Evènement Amnesty International à New York

Cet évènement est accompagné du rapport d’Amnesty International : Halte au commerce de la terreur, Comment l’intégration des normes de droits humains dans le traité sur le commerce des armes peut contribuer à garantir une véritable sécurité

Plus de 100 États étaient présents à l’événement organisé par Amnesty International le 6 octobre 2009 sur : « Comment un TCA peut-il assurer une meilleure sécurité ?« .

Panel de l'évènement AI du 6 octobre à NY (c) B. Muracciole

Le panel était présidé par Bafetigue Ouattara représentant de la Côte d’Ivoire à l’ONU, sur l’invitation de l’ambassadeur de Norvège Madame Mona Juul.

Mujahid Alam (c) B. Muracciole

Le brigadier général Mujahid Alam a rappelé comment dans son expérience de commandement au sein de la mission des Nations unies en République Démocratique du Congo il avait pu éprouver au jour le jour l’absence dramatique d’un TCA pour les populations civiles.

Novelette Grant & Brian Wood

Novelette Brant, Chef de département de police en Jamaïque, déclarait que dans sont pays en paix, le taux de criminalité était un des plus élevé au monde par défaut d’instrument international juridiquement contraignant sur le commerce des armes.

Enfin Brian Wood, le responsable du département armes d’AI expliquait, à travers des événements tragiques de Guinée, comment la France avait, en stoppant tout nouveau transferts vers ce pays, évaluée avec responsabilité le risque substantiel d’usage des armes.

Benoît MURACCIOLE

Vous pouvez aussi voir des photos de l’évènement sur notre compte Flickr

A l’occasion de cet évènement, Amnesty International a sorti un rapport de 16 pages, Halte au commerce de la terreur, explique en quoi un traité international sur le commerce des armes (TCA) efficace est un traité qui contribue à protéger la vie, les moyens de subsistance, les droits. Un  tel instrument doit permettre aux États de vendre, d’acquérir et de posséder des armes en toute légalité pour assurer leur sécurité, maintenir l’ordre et se défendre, conformément au droit international et aux meilleures pratiques. Ce document souligne le risque que les armes classiques transférées d’un pays à un autre soient utilisées pour commettre de graves violations du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains. Le rapport est constitué de 5 cas pratiques, décrits en deux pages chacun, qui montrent que « l’absence de normes internationales en matière de droits humains portant sur les transferts d’armes met en péril la sécurité à travers le monde : elle facilite les homicides illégaux en Guinée et au Myanmar, la violence armée contre les femmes au Guatemala, et les crimes de guerre en Somalie et en RDC ».

Vous pouvez télécharger ce rapport sur le site d’Amnesty International ou ici


1 Response to “Evènement Amnesty International à New York”


  1. 1 Jacques Debief Wack
    avril 23, 2012 à 7:39

    LA MAIN QUI ARME LE CRIME EST AUSSI COUPABLE QUE CELLE QUI COMMET LE CRIME


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :