07
Sep
09

Ventes internationales d’armes : ce n’est pas la crise pour tout le monde

Selon le Congressional Research Service, la division de la Library of Congress qui s’occupe de collecter les données pour la célèbre institution américaine, les ventes internationales d’armes ont représenté environ 55,2 milliards de dollars US en 2008. Cela représente une chute de 7,6 % par rapport à 2007, la première réelle baisse depuis 1999.

Il est évident que cette baisse est liée à l’état de l’économie mondiale, les dépenses pour la défense étant généralement parmi les premières touchées. Néanmoins, comme le note le New York Times, qui rapporte cette information, ce n’est pas la crise pour tout le monde. En effet, s’il y a une baisse globale des ventes d’armes, celle-ci touche pratiquement tous les pays producteurs : la Russie, qui a vendu pour 10,8 milliards de dollars d’armes en 2007, n’a vendu pour 2008 que pour 3,5 milliards de dollars, passant de la deuxième à la troisième place, derrière l’Italie (3,7 milliards de dollars de vente d’armes en 2008)

Tous les pays, sauf un : les Etats-Unis, le plus grand vendeur d’armes du monde, qui a vu ses ventes augmenter en 2008. En 2007, ces ventes étaient de 25,4 milliards de dollars. Elles étaient de 37,8 milliards de dollars pour l’année dernière, ce qui représente 68,4 % de toutes les ventes d’armes pour 2008. On peut effectivement parler de leader mondial, et de très loin.

Il ne s’agit pas seulement de nouvelles ventes (des avions pour le Maroc, des hélicoptères pour Taïwan, un système de défense aérien pour les Emirats Arabes Unis), mais aussi au fait que les Etats-Unis ont des contrats de maintenance, de mise à jour, de fourniture de munitions et de pièces détachées, ainsi que des licences pour la production d’armes avec un grand nombre de pays (une soixantaine environ). C’est cette diversité qui fait des USA le leader incontesté dans ce domaine.

Il ne s’agit évidemment que de chiffres. Dans le domaine du commerce des armes, il est particulièrement difficile d’établir des chiffres précis pour donner une idée du commerce réel. Ces chiffres, relevés à partir des informations fournies par les autorités américaines (particulièrement les douanes et le ministère de la défense, qui autorise les ventes) peuvent être plus ou moins précis pour des pays comme les Etats-Unis ou certains pays européens, qui cherchent à maintenir une transparence relative. Par contre, pour des pays comme la Russie ou la Chine (deux autres grands vendeurs d’armes), qui effectuent une partie de leurs transferts dans l’opacité la plus totale, aucun chiffre ne paraît fiable.

Les données, que ce soient les ventes, le nombre d’armes en circulation, le nombre de morts suite à l’utilisation d’une arme, le nombre ou le type d’armes dans  un conflit, sont parmi les éléments les moins fiables et les plus contestés dans « le monde des armes ». Elles ne donnent que des idées générales, des couleurs à mettre sur l’image. Pour avoir le tableau en entier, il faut collecter les données sur le terrain, et parfois, y aller un peu à l’instinct …

Florian MONNERIE


0 Responses to “Ventes internationales d’armes : ce n’est pas la crise pour tout le monde”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :