13
Oct
08

Des pays africains et la France rappellent l’URGENCE de la « règle d’or » dans le TCA‏

Conférence Afrique-France New York 20008

Conférence Afrique-France New York 20008

Vendredi 10 octobre,  Mohamed Coulibaly (pour le Réseau d’Afrique de l’Ouest sur les Armes Légères et de Petits Calibres), Zobel Behalal (pour le CCFD) et moi-même (pour Amnesty International France), avons été invités par le gouvernement français à partager nos vues sur la résolution proposée par le groupe de coauteurs vers un TCA. C’est de mémoire le premier exercice officiel organisé à l’ONU sur ce thème où nous étions invités à prendre la parole par le gouvernement français et je dois dire que l’exercice a été positif.

Dans un premier temps, positif parce qu’il y a eu une participation active de tous les représentants : près de 15 pays étaient présents. Mais dans un second temps, positif surtout parce que la rencontre s’est déroulée dans un climat de confiance qui a permis des échanges extrêmement ouverts.   Chaque pays a ainsi pu réaffirmer sa volonté d’aboutir à un traité universel qui protège enfin les citoyens de toutes violations des droits humains, du droit international humanitaire, et pour beaucoup des droits économiques sociaux et culturels. Comme l’a rappelé Mohamed Coulibaly, un traité sans cette « règle d’or  n’aura pas d’impact sur les millions de personnes qui vivent chaque jour la violence direct et indirect des armes.

Zobel Behalal a rappelé qu’un tel accord ne pourra se faire que si les pays qui soutiennent ce projet se « lèvent » pour exprimer les positions qu’elles ont mis en avant dans les accords régionaux, comme la Convention de la CEDEAO ou le Protocole de Nairobi. Il y a là une logique indépassable, le silence des délégations africaines et française dans l’élaboration de la résolution seraient une bénédiction pour les pays qui s’opposent à ce contrôle juridique du commerce des armes.

Tout accord international dans ce domaine est urgent car c’est dans l’instant que des millions de femmes, d’hommes et d’enfants subissent ces graves violation de la « règle d’or », et que cela est l’obligation des États devant la Charte de Nations Unies et le droit international  existant.

Si nous sommes présents à cette Assemblée Générale c’est justement pour rappeler aux États Unis, à la Russie, à l’Egypte, au Pakistan et à la Chine qu’ils sont parties de ces engagements et que les citoyens du monde entier en exigent le respect pour eux mêmes.

Benoït MURACCIOLE


0 Responses to “Des pays africains et la France rappellent l’URGENCE de la « règle d’or » dans le TCA‏”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :